Festival Gravity – Paris – Juin 2021

Gravity Festival - GoodPlanet

Gravity Festival, graffiti & street art

Gravity est le “festival urbain au service de la planète”. Le but est de sensibiliser le public et de l’amener à s’engager dans la protection et la sauvegarde de l’environnement. Le festival ouvre ses portes aux graffeurs internationaux et aux amateurs de street art.

Un engagement écologique

Gravity Festival - GoodPlanet
Gravity Festival – GoodPlanet

Le festival Gravity est organisé à Paris à la fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand. Ce festival se donne pour mission d’éveiller les consciences au sujet de la gravité de la situation écologique. Il veut diffuser, à travers l’art, des messages écoresponsables.

La 1ère édition du festival

La 1ère édition du Festival Gravity se tient le 26 et 27 juin 2021.

Conférences, live, expos, digital street art

Six conférences seront organisées pendant ces deux jours de festival, avec notamment la présence de Yann Arthus-Bertrand. La fondation de ce dernier prévoit en plus de cela de nombreuses animations tout au long de ce week-end de festival.
Le public aura non seulement accès à l’exposition en plein air de Matthieu Ricard mais aussi à une exposition organisée par Planète Océan à l’intérieur du château.

Line up / Artistes invités

Pour cette première édition, 10 artistes de renommée internationale réalisent 10 oeuvres : Jace, Cristian Blanxer, Korail, Fauna Graphic, Agrume, Victor Garcia “Repo”, Fabio Petani, Ceepil et Ardif.
Ces graffitis devront reprendre un unique thème lié à l’écologie et à la protection de l’environnement.

Michael Beerens

Mais pour Street Art Addict, c’est aussi un festival où l’artiste français Michael Beerens est présent.
Le travail de Michael Beerens associe ses deux passions : le graffiti et le monde sous-marin.
Adolescent, il commence à peindre dans l’espacepublic à la fin des années 90 avec le graffiti. C’est lors d’un voyage en Turquie que l’artiste découvre la plongée sous-marine.
En grandissant, Michael Beerens se passionne pour ces deux activités pour lesquelles il consacre de plus en plus de temps. A 24 ans, il devient scaphandrier pour embrasser une carrière de vidéaste sous-marin.
En parallèle il fait évoluer sa pratique du graffiti et commence à peindre ses dessins dans la rue. Sa passion pour le monde sous-marin lui confère une sensibilité particulière pour la nature et le monde animal qui deviennent ses thèmes de prédilection. Ils sont le point de départ de sa série Modern Fables, où l’artiste aborde des questions d’actualité autour de la pollution, la destruction de l’environnement, les animaux en captivité, l’agriculture intensive … son travail prend ainsi une couleur particulièrement engagée en faveur de la cause animale et de l’écologie.